Après avoir séduit Google, Okta veut devenir le chouchou des CIO

Après avoir séduit Google, Okta veut devenir le chouchou des CIO

Placée sur le marché du management d’identité, qui pèse 15 milliards de dollars par an, Okta, sait qu’elle a de quoi attirer de nouveaux clients. Selon une récente étude, 69% des responsables IT doutent de la capacité de leur organisation à protéger ses données en cas d’intrusion dans son périmètre de sécurité. Et un salarié laisse à chaque fois une trace avec ses identifiants, dès qu’il se connecte à une application utilisée par son entreprise, sur Web ou mobile. C’est, potentiellement, le cauchemar du CIO.

Depuis 2009, l’Américain développe une plateforme qui permet d’unifier l’identité dans le cloud. Face aux acteurs historiques; les Oracle, CA Technologies ou encore IBM, Okta a réussi en septembre un coup de force en signant un partenariat avec Google for Work. Ainsi, à chaque fois qu’un salarié d’une entreprise voudra s’authentifier sur un service ou sur une application Google, il passera par le système d’unification de l’identité d’Okta.

OUtre ce partenariat, Okta vient également d’annoncer un outils de management d’accès aux API des entreprises.

Dans le débat houleux sur l’échange des données entre les Etats-Unis et l’Europe, Okta indique avoir signé le Privacy Shield garantissant le maintien des données des entreprises européennes sur le vieux continent.

Pour l’heure, elle veut surtout s’imposer face à d’autres solutions, Centrify, OneLogIn ou Ping Identity. Depuis sa création, elle a levé 230 millions de dollars en 6 levées de fonds auprès des pontes de l’investissement (Andressen Horowitz, Sequoia Capital, Greylock Partners, Koshla Ventures). Elle compte en France parmi ses clients les poids lourds du CAC 40 (Engie, Eurostar).

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *